Chargement

En avant la recherche !

Réglementation et rinçage du pulvérisateur au champ

Avatar

Exemple de procédure de rinçage du pulvérisateur au champ

Cet exemple de rinçage a pour objectif de proposer une procédure qui prenne en considération
la réglementation et qui permette d’éviter des risques de phytotoxicité sur la culture suivante
qui sera traitée

Au préalable :

Penser à rincer abondamment à l’eau claire le circuit d’incorporation des produits pendant la
phase de remplissage du pulvérisateur.

Au champ :

Terminer le chantier de pulvérisation dans une parcelle droite et plate, dont la surface est connue.

1 – Pulvériser jusqu’au désamorçage de la pompe.

2 – Diluer le fond de cuve avec au moins 5 fois le volume du fond de cuve restant (données constructeurs) d’eau claire via les rotobuses de rinçage ou équivalent à une pression suffisante pour nettoyer efficacement les parois.

3 – Sans pulvériser, faire circuler ce fond de cuve dilué dans l’ensemble des circuits (retours cuve, retours pompe, circuit de brassage etc) en suivant
scrupuleusement le protocole rinçage du constructeur.

4 – Pulvériser la dilution dans la parcelle, en prenant soin de ne pas dépasser la dose maximum autorisée jusqu’au désamorçage de la pompe.

5 – Renouveler ces opérations avec une quantité d’eau et/ou un nombre de séquences de rinçage suffisant pour diviser la concentration de la bouillie d’un facteur 100 au minimum.

6 – Nettoyer les filtres.

7 – Vidanger l’ultime fond de cuve au champ en respectant les conditions réglementaires. (Cf. Arrêté du 13 octobre 2014) ou le réutiliser dans la bouillie suivante.
Article L253-1 du 13 octobre 2014

Attention

Le protocole de rinçage est différent d’un pulvérisateur à l’autre, il est donc fortement conseillé de suivre les recommandations du constructeur pour s’assurer d’une bonne dilution de l’ensemble des volumes contenus dans l’appareil. Il apparaît que, de par leur conception ou leur équipement insuffisant, certains pulvérisateurs ne
peuvent être efficacement et réglementairement rincés au champ. Dans ces situations il sera nécessaire d’apporter un complément d’eau claire à la parcelle ou d’opter pour une gestion des effluents sur le siège de l’exploitation. Des études sont en cours pour évaluer finement les concentrations critiques qui dans certaines conditions peuvent entraîner des hytotoxicités sur des cultures sensibles suivantes. Des premiers résultats nous amènent à penser que la plupart des produits « à risque » n’entraînent pas de phytotoxicité quand leur concentration est divisée par 100 par rapport à leur dose d’utilisation.
Des études complémentaires sont en cours pour affiner ces premières observations.