Chargement

En avant la recherche !

Réaliser un semis ultra précoce

Depuis les années 1970, les dates de semis de maïs ont été avancées de trois semaines en moyennes. Cependant, un compromis doit être trouvé car, semé trop tôt, le maïs subit des températures froides ce qui peut réduire sa surface foliaire ou augmenter la probabilité d’attaque par des bio-agresseurs.

Les intérêts des semis précoces

Ils permettent une récolte lorsque les grains contiennent moins d’eau et cela permet de réduire les coûts de séchage. Une récolte plus précoce implique une plus grande liberté dans le semis de la culture suivante ou la possibilité de cultiver des variétés avec une durée de cycle plus importante.

Les régions, le sol et les conditions climatiques sont les facteurs qui conditionnement la détermination de la période optimale de semis. Il a déjà été démontré que les semis précoces sont majoritairement bénéfiques. Cependant, les semis ultra-précoces n’ont pas encore fait toutes leurs preuves.

Impact des semis ultra précoces

Les semis ultra précoces augmentent les risques d’exposition au froid et à une pluviométrie importante ainsi que l’exposition aux bio-agresseurs.

Arvalis a été à l’origine de plusieurs études qui ont montré que les semis très précoces impactent la surface foliaire. Des plants de maïs ont été soumis à des températures basses (10°C le jour, 4°C la nuit) au cours de leurs stades juvéniles et ont montré de bonnes capacités de compensation. Les blocages de croissance ont été compensés par une reprise plus rapide après la période de froid. Cependant, on note que la croissance des feuilles et l’accumulation de biomasse est plus faible au cours des périodes de froid. La hauteur des plantes à floraison et l’indice foliaire à l’hectare sont plus faibles.

D’autres études montrent une plus grande variabilité dans les productions de biomasse et permettent de nuancer les résultats énoncés ci-dessus. L’utilisation d’engrais starter est conseillée et l’augmentation de la densité de semis peut compenser la baisse de surface foliaire dans le cas où les réserves hydriques ne sont pas limitantes.

Trouver un compromis

Un semis ultra précoce représente une prise de risque : une durée semis-levée plus longue et une post-levée en condition de températures basses. Les jours d’anticipation de semis ne sont pas automatiquement des jours gagnés pour la récolte.

Pour prendre une décision sur la date de semis, il est intéressant de prendre en compte la fréquence des jours successifs sans pluie durant les périodes de reprises des sols et de semis.

 

Laissez un commentaire