Chargement

En avant la recherche !

Plus de repos pour des sols vivants 

Le repos du sol ne signifie pas inactivité de la parcelle. Bien au contraire ! Un sol au repos associé à de longues rotations permet de faire travailler les vers de terre, excellents décompacteurs et décomposeurs, ainsi que la faune et la flore en général.

Cette méthode fait référence à ce que l’on appelle des « sols vivants ». Le gouvernement lors de sa journée « Produire autrement », promeut cette pratique alternative qui permet de régénérer le sol, afin d’optimiser les cultures réalisées.

Le principe général est un non labour de la terre, souvent avec plantation de légumineuses, afin d’enrichir le sol en azote, et d’apporter un couvert permanent (sous forme de plantes ou sous forme de déchets après récolte). Les couverts apportent une important biodiversité qui permet une protection générale contre les différents ravageurs possibles (fongiques, insectes). Les sols laissés au repos s’apparentent à des prairies, et les plantes permettent d’apporter des éléments essentiels, ce qui augmente son potentiel entre chaque culture.

En effet, le labour retourne complètement le sol, les vers de terre ne s’y retrouvent plus, et cela leur prendra beaucoup plus de temps pour reprendre leur travail, que si le sol était laissé tel quel. Les sols sur le territoire français sont de plus en plus appauvris par l’enchaînement des cultures, les catastrophe naturelles de plus en plus nombreuses, ou encore, par l’intensification des pratiques agricoles. Au Chili, Carlos Croveto propose cette règle : « Le grain à l’Homme, la paille à la nature ». C’est-à-dire que l’on peut imposer la plantation sur un sol, mais on doit laisser le reste entre ses mains, et lui permettre de vivre afin d’absorber les pluies, de mieux répondre aux besoins des plantes, et enfin, d’économiser des phytosanitaires tels que les engrais, pesticides, et insecticides.

Actuellement, on considère qu’environ 120 millions d’hectares sont passés au sans labour dans le monde. Bien que ce soit une méthode assez coûteuse en temps au point de vue des rotations, il peut être intéressant de la découvrir afin de pouvoir l’adapter sur plusieurs exploitations, et proposer une agriculture écologique.

Laissez un commentaire