Chargement

En avant la recherche !

Les modes d’irrigation : présentation et comparaison

Certaines cultures : maraîchères, horticoles, ou encore des grandes cultures telles que le maïs nécessitent une irrigation. Il existe trois types principaux : irrigation de surface, irrigation par aspersion, et micro irrigation. La quantité d’eau diminue depuis l’irrigation de surface jusque la micro irrigation. Il est important de connaître ses parcelles, et les besoins des cultures pour pouvoir estimer une quantité appropriée et déterminer le bon mode d’apport de l’eau.

Nous allons brièvement présenter les différents modes d’irrigation, puis proposer une comparaison.

Type d’irrigationDescription
Systèmes d’irrigation agricole de surface
Par ruissellementL’eau est apportée à partir des fossés sans être contrôlée, cette méthode est comparable à une irrigation naturelle par des pluies. Elle est peu coûteuse en matériel et en temps, mais ne propose pas une uniformité et des économies suffisantes pour être totalement efficace.
Par planchesL’eau est apportée sur des parcelles en pente avec des conditions de drainage. Les planches sont disposées dans le sens de la pente. Elle est intéressante pour des sols qui ressuient lentement.
A la raieNe recouvre qu’une faible partie de la surface (20%). L’eau est apportée par des raies placées dans des sillons (pour certaines cultures), et peut être gérée assez simplement. Cela convient aux parcelles avec des conditions qui varient, limitent l’évaporation en réduisant les surfaces, mais le débit ne peut toujours être contrôlé
Par bassinsCréation de bassins entourés de digues qui permettent de recouvrir la parcelle. Intéressant pour des sols qui filtrent peu.
Systèmes d’irrigation par aspersionRampes fixes : Elles sont efficaces là où les méthodes de surface le sont moins. Il est possible d’utiliser plusieurs types de rampes avec des asperseurs différents afin de s’adapter à la topographie.
Les rampes peuvent être mobiles, c’est donc une méthode efficace et précise mais demande beaucoup de temps et de main d’œuvre. Les rampes peuvent se déplacer manuellement, ou des systèmes side roll peuvent se déplacer avec la canalisation comme axe.

 

Les rampes frontales se déplacent parallèlement les unes aux autres et les asperseurs fonctionnent en même temps.
Les systèmes de Micro irrigationL’eau est apportée lentement, à fréquence, pression, et débit contrôlés. La micro irrigation permet d’augmenter le rendement en diminuant les coûts d’eau, de main d’œuvre et de fertilisants.
Les micro-asperseursCorrespondent à des mini distributeurs d’eau, à une distance plante-asperseur faible. Les phénomènes d’évaporation et de colmatage sont très limités avec ce procédé. De plus, il permet de lutter contre le gel.
Le goutte à goutte et l’irrigation goutte à goutte enterréeL’eau est apportée sur ou dans le sol. L’eau est donc plus proche du système d’absorption des racines, et ne peut être mobilisée par les adventices. La fréquence d’arrosage peut être élevée afin de créer un milieu complètement humide pour la plante.

C’est un système très coûteux à l’installation et il est possible que les distributeurs se bouchent régulièrement à cause de leur petite taille ce qui demande une maintenance importante.

 

L’efficience des systèmes d’irrigation agricole peut se mesurer par le rapport entre la quantité d’eau stockée par les racines pendant l’irrigation sur la quantité totale d’eau apportée. Cela peut permettre d’établir le système le plus efficace et d’estimer les pertes par ruissellement, évaporation, colmatage, fuites, percolation, etc. Il est important de comprendre que la différence d’efficience entre ces systèmes ne résulte pas de la plante, mais bien du type de sol, et de la topographie sur laquelle la culture est implantée.

Comparaison :

Suite à une prise de conscience et une évolution des techniques, le passage de l’irrigation de surface à l’irrigation par aspersion est assez courant. Cela permet de réaliser des économies sur l’eau, et d’augmenter l’efficacité de son système. Il faut cependant être prudent avant une telle conversion car si l’irrigation de surface n’est pas régulièrement recommandée, elle peut parfaitement convenir à certains cas. Il n’est pas possible de classer les méthodes en fonction de situations, car chaque exploitation est différente. Ainsi, il est conseillé de se renseigner auprès de professionnels, comparer ses coûts, et bien connaître ses parcelles et variétés de cultures.

 

Laissez un commentaire