Les couverts végétaux, alliés de la biodiversité

Les CIPAN, plus largement les couverts végétaux permettent d’abriter une riche biodiversité au sein du couvert mais aussi sous la surface du sol. Plus le mélange d’espèces est diversifié plus l’effet sera remarquable.

Une biodiversité conditionnée par la diversité des espèces…

La moutarde blanche a représenté pendant longtemps la culture intermédiaire piège à nitrates idéale : efficace, peu coûteuse, facile à implanter. Ce couvert monoespèce abrite une diversité forcément plus importante qu’un sol nu, mais l’ajout d’une ou deux espèces transforme un couvert végétal bien développé en véritable corridor écologique. La diversité des systèmes racinaires tout d’abord permet d’enrichir la rhizosphère, volume situé autour des racines et abritant une multitude d’organismes aux rôles variés. A l’interface sol/atmosphère, le couvert diversifié encourage la présence et la reproduction de carabes, prédateurs de limaces, de taupins et de pucerons.
A l’approche de l’automne, la quantité de cultures développées diminuant, les zones de refuge pour la faune diminuent. Les couverts végétaux permettent de combler le vide créé à cette période et fournissent alors le gîte et le couvert pour une diversité d’animaux. Les couverts comportant de la phacélie – implantée correctement pour permettre sa floraison – sont notamment très efficaces pour conserver les pollinisateurs en fin d’été/début d’automne.

… et par la qualité de l’implantation

A l’automne, le gibier trouve dans les couverts diversifiés un garde-manger idéal, car les cultures d’hiver juste semées n’offrent pas un habitat et une nourriture suffisante. Les jeunes pousses de sarrasin sont très appréciées par le jeune gibier, notamment les chevreuils. La diversité des plantes crée une architecture végétale aérée permettant au gibier de circuler, contrairement à la moutarde, souvent trop dense.
Il est important de semer les couverts le plus tôt possible après la moisson pour assurer un développement optimal de la couverture végétale. La destruction des couverts aura aussi une grande importance, l’idéal d’un point de vue biodiversité sera une destruction naturelle (roulage +gel). En cas de destruction mécanique, il sera judicieux de commencer au centre de la parcelle, avec une vitesse réduite pour faire fuir les animaux.

Quelques chiffres

Multiplier par 6Une quantité de carabes entre un couvert de moutarde et un couvert avoine + phacélie

Les mélanges de 2 à 4 espèces composéesfavorisent les pollinisateurs, les carabes et les gibiers

Testimonial client

« Avec l’expérience, j’ai compris qu’un bon couvert doit être à la fois couvrant et aéré. Il permet au petit gibier d’y pénétrer pour s’abriter et trouver de la nourriture. Mon couvert, constitué d’avoine rude, de trèfle d’Alexandrie et de phacélie répond à cette exigence et est très appétant aussi bien pour les lièvres et les chevreuils que pour les perdrix et les faisans. Semé juste après la moisson, il profite de l’humidité résiduelle pour se développer de manière optimale »

Philippe R (08)

Les préconisations de Margaux

Choisir des espèces adaptées à ses objectifs : production de biomasse, limitation de l’érosion et du lessivage. La diversité des espèces sera forcément positive pour la biodiversité.

Le coût des semences pouvant être élevé, favoriser une implantation la plus précoce possible pour favoriser un développement optimal du couvert.

2 Comments

  1. Lucie C. 30 mai 2017 at 10 h 09 min

    Bonjour,
    article intéressant, surtout quant on voit les chiffres.
    Je pense que la base d’une économie durable passe par un « changement » ou un retour de nos mode de consommation et de production.
    Merci à Margaux pour ces préconisations !
    Cordialement

    Reply
    1. Margaux 31 mai 2017 at 15 h 19 min

      Bonjour Lucie,

      Merci pour votre retour.
      Nous sommes ravis que ce dossier vous plaise.

      N’hésitez pas à partager cet article !
      Vous pouvez également vous abonner gratuitement à notre newsletter afin de recevoir nos différents dossiers techniques à l’adresse suivante : https://www.agriconomie.com/services/dossier-semences

      A très bientôt sur Agriconomie.com

      Reply

Laissez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *