Chargement

En avant la recherche !

Les 5 news agricoles de la semaine #LGM11

Avatar

Que s’est-il passé cette semaine dans le monde agricole ? 
On récolte ensemble l’actu en TOP 5 🙂 !

L’Ukraine signe un accord pour exporter ses pois en Chine

Avec ce nouvel accord, la Chine continue d’ouvrir son marché aux importations agricoles. Après le bœuf britannique, c’est au tour du pois ukrainien de faire son entrée sur le sol chinois. Son arrivée devrait être effective d’ici la fin d’année. Pour rappel, la Chine importe entre 1,5 et 1,8 million de tonnes de pois par an.

Ce traité représente donc une nouvelle opportunité pour le plus grand pays agricole d’Europe qui concentre les deux-tiers des terres arables du continent. Toutefois, la grande croissance de l’Ukraine suscite en contrepartie la crainte de certains agriculteurs européens.

En effet les cultures Ukrainienne sont bien plus industrialisées que ses voisines et concentrent beaucoup plus de grosses exploitations. Certains agriculteurs accusent alors l’agriculture Ukrainienne de concurrence déloyale.

En savoir plus
Source : Ukragroconsult
Illustration : pois
Crédit :Ukragroconsult
En savoir plus 
Source : Capital
Illustration : Farine

Le milliardaire chinois qui avait acheté des terres agricoles française à fait faillite

Il y a maintenant 5 ans, le rachat de 1700 hectares par un milliardaire chinois avait inquiété bien des personnes. Hu Keqin, PDG du conglomérat Reward n’a pas eu d’autre choix que de mettre dernièrement son activité française en faillite.

Avec 300 millions de dettes et alors que l’entreprise nourrissait de grandes ambitions en ouvrant des centaines de boulangeries valorisant la farine française, l’aventure s’est terminée prématurément.

Ce n’est toutefois pas le seul exemple chinois qui trébuche en France, nous nous rappelons également de l’affaire Synutra, N°3 de la nutrition infantile en Chine. L’an dernier, l’entreprise chinoise décida de retirer toute son activité française mettant en difficulté les partenaires locaux  comme Les Maîtres laitiers du cotentin ou encore la coopérative Sodiaal.

Outre ses terres en Indre, Reward conserve des parts auprès d’un fabriquant de produit à base de lavande dans la drôme. Toutefois leurs promesses d’investissements n’ont pas été respectées d’après les dirigeants français « rien de ce qui avait été évoqué à l’époque en matière d’investissements dans l’outil de production, le développement de la gamme ou bien encore l’ouverture de nouvelles boutiques n’a été réalisé.« 

Le retard de la mousson déstabilise toute l’économie indienne

L’attente des pluies estivales commence à prendre une tournure de plus en plus catastrophique. Alors que la mousson assure 70% des précipitations annuelles, les réserves d’eaux sont au plus bas. Les pluies avaient pourtant touché le sud du pays le 8 juin, mais un dernier cyclone a balayé ces dernières. Selon un météorologue, ce retard est le plus important depuis 10 ans.

Depuis, les autorités ont demandé aux paysans de retarder les semis. Mi-juin, le pays a donc connu une baisse de 9% (8,2 millions d’hectares) des cultures ensemencées par rapport à l’année dernière. Les premières cultures touchées sont les légumes à gousse comme le soja et les lentilles, mais également les aliments de bases en Inde comme le tournesol et le sésame.

Alors que la politique indienne avait promis aux agriculteurs de doubler leurs revenus d’ici 2022, le pays sera contraint d’importer ses légumes secs pour combler certaines carences.

En Inde, la crise est si grave que des émeutes ont éclaté autour des points d’eau, maintenant surveillés par la police. Les hôpitaux se font également ravitailler par camion-citerne et doivent répercuter le prix sur la tarification des lits.

En savoir plus
Source :  Le Monde
Illustration : Puits Nigérien
Crédit  : Rakesh Bakshi / AFP
En savoir plus
Source : Le monde 
llustration : Un marché de bétail à Lagos, au Nigéria
Crédit photo : Luis tato / AFP

Le Nigeria manque de viande

« A l’heure actuelle, le Nigeria est incapable de produire suffisamment de viande et de lait pour répondre aux besoins de sa population », déclare à l’AFP Jimmy Smith, directeur général de l’Institut de recherche international sur l’élevage (ILRI), au Kenya.

L’émergence d’une classe moyenne au Nigéria a récemment provoqué une augmentation de la demande en viande. En conséquence, le pays de 200 millions d’habitants ne peut plus produire autant qu’il n’en consomme. Et pourtant, en Afrique de l’Ouest, un bœuf sur deux serait nigérien. La première économie du continent forte de 20 millions de bovins consomme 360 000 tonnes de viande par an.

Alors que la consommation de viande représente un modèle d’alimentation plus varié pour la population africaine, la filière bovine se heurte à de nombreux problèmes : un système d’élevage traditionnel et peu productif, des zones arides et donc des pâturages pauvres.

L’urbanisation, la sècheresse et l’expansion des surfaces agricoles provoquent des conflits parfois sanglants entre les agriculteurs. En 5 ans, les violences auraient provoqué 7 000 décès et 13 milliards de dollars par an de perte pour l’économie nigérienne.

Une bombe explose dans un champ allemand

L’explosion a creusé le sol sur 4 mètres de profondeurs et 10m de diamètres, les secousses ont été ressenties jusque dans les habitations voisines dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

Selon la police, la bombe daterait bien de la seconde guerre mondiale mais n’aurait pas explosé jusqu’à maintenant. Depuis 70 ans, cette dernière était donc enfuie sous le champ d’un agriculteur, silencieuse.

Depuis la seconde guerre mondiale, l’Allemagne a subi plus d’une vingtaine d’explosions de ce type. Entre 10 à 30% des bombes larguées pendant la seconde guerre mondiale n’auraient pas explosé et seraient sous terre jusqu’à 6 mètres de profondeur.

L’agriculteur cultivait donc avec un risque d’explosion important, mais ces bombes enterrées peuvent également représenter un risque de fuite toxique lié à la corrosion. Par chance, cette détonation inattendue n’a fait aucun blessé mais représente surement de grosses pertes pour l’agriculteur. 

En savoir plus
Source : Sud Ouest
Illustration : Le cratère de la bombe
Crédit photo : Boris Roesseler AFP

« Nouveau record du monde de vitesse avec un tracteur : 166 km/h ! »
En savoir plus

 On se retrouve la semaine prochaine

pour une nouvelle récolte 😉 !

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laissez un commentaire