Chargement

En avant la recherche !

L’épandage d’azote liquide : comment maximiser ses rendements !!

Arthur Verkinderen
Partagez

L’apport azoté par engrais liquide se répand de plus en plus en France grâce à son intérêt économique
Cependant, mal appliqué, il peut présenter quelques risques :

  • Le plus visible est la « brûlure ». Dans ce cas les sels, contenus dans l’azote liquide pénètrent en trop forte quantité dans les feuilles et en nécrosent les extrémités. Ici, la grande solubilité des engrais liquides est le problème puisqu’elle rend le produit très systémique.
  • Le deuxième accident qui peut arriver est l’effet de « moutonnement » (bande de couleurs différentes dans le champ). La cause de cet effet est la mauvaise répartition de l’azote liquide sous la rampe.

Il existe cependant des moyens pour limiter ces risques :

1 / Les conditions d’épandage

Tout d’abord, il est primordiale d’appliquer l’azote liquide dans de bonnes conditions.
Privilégiez donc une humidité forte voire traitez sous la pluie afin de lessiver les feuilles et permettre à l’azote de mieux se diffuser dans le sol.
Traitez aussi par faible vent afin de maîtriser la localisation de votre apport. En augmentant la hauteur de rampe vous aurez donc un épandage plus réparti du produit.

2/ Le choix des buses

Le choix de la buse permet aussi de corriger et limiter ces deux problèmes.
Pour cela, tout est question d’équilibre, puisque la correction de l’un accentue l’autre (en augmentant la répartition pour éviter le « moutonnement » on augmente ainsi le nombre d’impact et donc la « brûlure » et vice-versa).
Les buses trifilets jusqu’ici très utilisées sont aujourd’hui mis en concurrence avec des buses 5 filets, 6 filets ou 7 filets. Après plusieurs essais à des doses d’application différentes, il a été prouvé que ces nouvelles buses n’apportent pas de risques de brûlures beaucoup plus importantes (voir graphique). À contrario, elles limitent énormément le risque de moutonnement en répandant mieux l’engrais. Aussi, il n’a jamais été prouvé que les brûlures influent sur le rendement, le PMG ou le taux de protéines contrairement aux moutonnements qui a des impacts non-négligeables.
En clair un champ « brûlé » n’est pas beau à voir, mais cela n’affecte pas la qualité de récolte et l’effet à éviter est donc plus le « moutonnement » que la « brûlure »

GRAPH

Source : Arvalis

L’avis d’expert

Au prix actuel de l’azote liquide, il est très important d’avoir des buses à engrais en parfait état
d’usage.
À choisir :
Dans le cas où votre sol est aéré et diffuse bien l’engrais et que vous n’observez pas de moutonnement mieux vaut
préférer un choix économique avec des buses 3 trous comme les Teejet Sj3, ou les Albuz EXA, ou les très performantes Nozal trifilet.
A contrario, si visuellement vous observez des moutonnements, une buse comportant plus de jets permettra sans aucun doute un gain de rendement. Dans ce cas-là, le meilleur choix me semble être la buse Teejet SJ7.
En grande culture, la plus répandue est la SJ7 grise car elle permet de faire des apports importants (100 unités ou plus) à des vitesses élevées (plus de 15 km/h).
Si vous effectuez de la modulation intra-parcellaire, il existe maintenant la SJ7VR qui permet de moduler le débit grâce à une membrane qui s’ouvre et se referme pour maintenir la même pression dans le corps de buse en faisant varier les débits.

Notre sélection de produits

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *