Le chaulage, essentiel pour 80% des surfaces

Le maintien du pH entre 6 et 6,8 est crucial pour éviter les carences induites, la toxicité de certains éléments, une diminution de l’activité biologique, donc des pertes de rendement. Au-delà du pH, n’oublions pas le calcium, fondamental dans le fonctionnement du sol… et de la culture.

Quels sont les atouts agronomiques du chaulage et comment l’adapter ?

L’acidification est un phénomène naturel, parfois accru par l’apport d’engrais acides. Les H+ – protons responsables de l’acidité – vont se lier à tous les anions de la solution du sol sans laisser de place aux cations comme Ca2+ et Mg2+, qui ne peuvent alors plus assurer leur fonction de stabilité structurale et d’aération du sol. Un pH trop faible entraîne des difficultés agronomiques :

  • Réduction de la fertilité biologique
  • Blocage du phosphore et toxicité de certains éléments comme l’aluminium (pH < 5,5)
  • Augmentation du risque de battance
  • Augmentation du risque de maladies

Si un sol riche en calcium garantit un pH au dessus de 6, l’inverse n’est pas toujours vrai : un pH correct ne signifie pas forcément que la disponibilité du calcium y soit suffisante pour la nutrition des cultures. Un manque de calcium peut être un facteur limitant de croissance.

L’analyse de terre permet de diagnostiquer un pH trop faible et/ou un besoin en calcium. Des indicateurs tels que le pHeau et le ratio Ca/CEC permettent de vérifier que les conditions agronomiques sont correctes. On estime que la gamme de pH située entre 6 et 6,5 permet d’éviter tout problème lié à l’excès d’acidité. Le ratio Ca/CEC doit être quant à lui supérieur à 70%.

Puisque les sols tendent à s’acidifier, le chaulage permet de rectifier le pH en apportant du calcium et du magnésium. Tout amendement basique contient un cation et un anion. L’anion joue sur la hausse du pH en neutralisant H+, le cation lui modifie la solution du sol.

Au sein des amendements calciques on distingue des produits à action rapide :
(chaux et calcaire pulvérisé) et des produits à action lente (carbonates broyés). Plus le produit est fin, plus il agit rapidement. Sa composition en CaO et MgO est aussi à prendre en compte ; elle impacte la capacité de l’amendement à neutraliser l’acidité, décrite par la valeur neutralisante (VN). La vitesse d’action et la VN impactent directement le prix du produit.

Dans les sols où le pH se situe autour de 6, les produits à action lente suffisent. Les apports d’entretien sont évalués à 150 à 350 kg de CaO/ha/an. On se rapprochera plutôt de 150 kg dans le cas d’apports d’effluents d’élevage réguliers. Inversement, en TCS l’acidité se concentre en surface, les apports sont donc à majorer.
Dans les situations d’acidité avérée (pH inférieur à 5,5) des produits fins – carbonate de calcium pulvérisé, chaux vive – sont nécessaires. Ils permettent une action rapide avant l’implantation de la culture suivante.

Sources :
Comifer – Groupe Chaulage
Gis Sol – Taux de calcaire

Quelques chiffres

Environ 80% des sols agricoles français nécessitent un chaulage

Une perte de rendement de 10% est observée pour des pH < 5

Testimonial client

“ Pour limiter les problèmes d’érosion sur mes limons battants, j’ai revendu ma charrue il y a 5 ans pour travailler le sol uniquement sur 10 cm. Les premières années, j’ai remarqué des carences en phosphore sur colza ; l’analyse de terre qui a suivi a révélé un pH de 5,3 en surface ; le phosphore n’était plus suffisamment assimilable. L’apport de carbonate de calcium pulvérisé a permis de supprimer cette acidité et avec elle le problème de carence induite. La vie du sol a été reboostée et j’observe de beaux agrégats en surface. ”

Benoît R. (62)

Les préconisations de Margaux

Un chaulage adapté est un faible investissement au regard des atouts agronomiques qu’il apporte. Je vous conseille de réaliser des analyses de terre régulièrement, et de déterminer – surtout si vos sols sont peu calcaires – s’il faut réaliser un chaulage d’entretien ou un chaulage de redressement.

Laissez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *