Chargement

En avant la recherche !

Le récap des actus de la semaine #LGM24 🌍

Que s’est-il passé cette semaine dans le monde agricole ? 
On récolte ensemble l’actu en TOP 5 🙂 !

pays bas

La colère des agriculteurs 

Plus de 3000 d’agriculteurs à bord de leurs tracteurs ont relié Utrecht à La Haye mercredi dernier. Une nouvelle « opération escargot » de la part de fermiers qui se disent oubliés par leur gouvernement.Pour parcourir les 70 kilomètres de trajet, il a fallu compter environ trois heures. Le long des routes bloquées, de nombreux passants ont témoigné leur soutien aux manifestants.

L’objet de la manifestation des agriculteurs néerlandais : une loi visant à lutter contre le réchauffement climatique. L’exécutif néerlandais a demandé ces derniers mois plusieurs efforts aux agriculteurs, notamment celui de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre… Un effort dont sont dispensés les autres secteurs de l’économie nationale, tel le secteur aérien. Selon eux, cette loi les prend injustement pour cible. 

Les exportations agricoles des Pays-Bas représentent 92 milliards d’euros par an. Un secteur sous pression en raison notamment de la baisse à venir du budget de la PAC.

PAYSBAS
En savoir plus
Source : Euronews
Photo:
©​​KEYSTONE /AP/PETER DEJONG

 
 
costa rica
orange
En savoir plus 
Source :  Info Durable
Illustration :  Parc national de Guanacaste 

Une forêt reprend vie en 15 ans grâce à des pelures d’oranges

Au milieu des années 90, deux écologistes originaires de Pennsylvanie aux États-Unis ont déversé des tonnes de pelures d’orange au sein du parc national de Guanacaste, au nord du Costa Rica. En quinze ans, la forêt y a complètement repris vie.

Tout a commencé lorsque deux membres de l’Université de Pennsylvanie, Daniel Janzen et Winnie Hallwachs, se sont associés à une entreprise locale de production de jus d’orange, Del Oro, au Costa Rica, dans le but de redonner vie à des terres appauvries. 1 000 camions remplis de 12 000 tonnes de pelures et de chairs d’orange ont été déversés sur des terres stériles. L’idée de ce projet était de souligner l’importance de récupérer les déchets alimentaires végétaux, à l’heure où près d’un tiers de la nourriture est gâchée mondialement.

Seulement, un an après la signature du contrat, TicoFrut, une entreprise concurrente, a engagé une action en justice contre Del Oro, prétextant que la société avait « souillé un parc national ». La Cour Suprême du Costa Rica lui donne raison et les terres sont alors délaissées pendant 15 ans. Mais la nature, elle, a fait son chemin : cette zone est désormais recouverte d’une forêt dense. Résultats : une faune et une flore riches de diversité, des sols riches en nutriments et une augmentation de 176 % de la biomasse en bois au-dessus du sol.

bresil

La vinasse brésilienne bientôt méthanisée

Des industriels brésiliens de la canne à sucre s’intéressent à la méthanisation de la vinasse, sous-produit du biométhane. A ce jour, le Brésil produit environ ⅓ de la production mondiale de canne à sucre. Alors que la filière valorise déjà une grande partie de ses sous-produits, d’autres débouchés existent, tels que combustion de bagasse (pulpe de canne) pour produire de l’électricité ou encore la production de bioéthanol, générant de grandes quantités de vinasse.

En effet, pour chaque litre d’éthanol produit, 10 à 14 litres de vinasse sont obtenus. Jusqu’à présent, celle-ci est généralement épandue sur les parcelles de canne à sucre. Cependant, son transport est coûteux, son pH est très acide et sa mauvaise odeur attire les mouches.

La méthanisation de cette vinasse, mélangée aux résidus solides du broyage des cannes, résoudrait les différents problèmes entraînés par son épandage, tout en la valorisant économiquement. Des projets se montent, en cogénération pour certains, en injection directe pour d’autres. Le développement des camions et tracteurs propulsés au gaz naturel est également scruté de près par les acteurs de la filière, qui pourraient ainsi produire leur propre carburant.

canne
En savoir plus
Source : La France Agricole
Illustration :  récolte de canne à sucre ©©Case IH
En savoir plus
Source : ThailandeFR
Illustration : rampe de pulvérisation

La Thaïlande interdit le paraquat et le glyphosate 

La Thaïlande confirme l’interdiction de trois pesticides-herbicides toxiques et nocifs, dont le paraquat et le glyphosate, à partir du 1er décembre prochain.

L’importation et l’utilisation du paraquat a explosé au cours de la dernière décennie car les agriculteurs thaïlandais sont devenus de plus en plus dépendants de cet herbicide relativement bon marché et efficace, mais qui n’est pas sans danger pour la santé. La quantité de paraquat importée en Thaïlande a atteint un sommet en 2017, avec un peu plus de 44 tonnes, soit près du triple du montant constaté 10 ans auparavant.

Selon le Bureau national de sécurité sanitaire, les produits chimiques agricoles ont provoqué au moins 1 715 décès au cours des trois dernières années, dont 600 directement imputables à des insecticides, des pesticides, des fongicides et des herbicides.

Concilier exportation d’anacarde et sécurité alimentaire

Cette dernière décennie, les terres ghanéennes destinées à nourrir ses populations ont été consacrées à la production d’anacarde pour l’alimentation des marchés d’exportation. La production de noix de cajou est en train de transformer la région de Bono. Cette croissance positionne le Ghana comme l’un des plus gros producteurs des anacardes bruts en Afrique.

La production de noix de cajou a été multipliée par quatre sur le continent depuis 2000. A ce jour, la planification et les politiques agricoles nationales semblent donner la priorité à la production de denrées d’exportation et à la “modernisation” de l’agriculture au détriment de la production alimentaire locale…

Bien que le gouvernement national continue de soutenir le développement de l’industrie ghanéenne des noix de cajou à l’exportation, une mise en place des programmes visant à renforcer l’aide aux producteurs de cultures vivrières semble nécessaire.

cajou
En savoir plus
Source : Afrik
Illustration : Anacarde ©Pixabay
lilan
En savoir plus
A écouter avec attention !!

Ode à l’agriculture avec le chanteur Lilian Renaud 🎥

Le chanteur a pris la plume pour partager sa colère face aux conditions de vie difficiles des agriculteurs, dont deux se donnent la mort chaque jour. « Monsieur le président, il y a des hommes qui meurent sous le poids de leurs terres », chante-t-il dans le refrain de « Quoi de plus beau ». A découvrir ici

 

 On se retrouve la semaine prochaine

pour une nouvelle récolte 😉 !

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laissez un commentaire