Chargement

En avant la recherche !

La Grande Moisson n°15 : Les 5 actus agricoles de la semaine

Avatar

Que s’est-il passé cette semaine dans le monde agricole ? 
On récolte ensemble l’actu en TOP 5 🙂 !

La grippe porcine africaine pousse la chine à importer massivement

La Chine a importé 160 467 tonnes de viande de porc en juin, en hausse de 62,8% par rapport au même mois de l’année dernière, selon les données de l’administration générale des douanes. Les conséquences se font d’ailleurs réellement bien sentir puisqu’une hausse de 35% du prix du porc en Chine est constatée.

Des éléments rassurants viennent alors nuancer ce constat, en effet, la Chine a moins importé de porcs qu’au mois de mai ( -14%) et a également limité la chute en accusant une baisse de « seulement » 5,5%  de sa production nationale.

Si le gouvernement assure tout faire pour limiter la propagation de la maladie, des agriculteurs ont toutefois déclaré à Reuters que de nombreuses épidémies ne seraient pas signalées. Les autorités locales de certaines provinces n’auraient pas les moyens de vérifier ou de signaler la maladie.

En savoir plus
Source : Reuters
Illustration : Viandes
En savoir plus 
Source : Source Farming UK
Illustration : Vache

Vers une ubérisation des transporteurs bovins ?

C’est du moins ce que promettent deux entreprises britanniques qui souhaitent faciliter le transport du bétail.  SellMyLivestock (SML) et Haulage Exchange ont annoncé un partenariat visant à créer une nouvelle plate-forme de logistique en ligne.

Une fois qu’un achat agricole aura été effectué sur SML, les acheteurs auront alors la possibilité de rédiger une demande de devis et de pouvoir ainsi choisir eux-mêmes leur transporteur. Ce dernier aura alors 24h pour proposer et soumettre un devis à l’agriculteur.

Le nouveau partenariat vise ainsi à redonner du pouvoir de décision à l’agriculteur.

Doug Bairner, PDG d’Hectare Agritech, la société mère de SML, a déclaré: «La méthode traditionnelle d’organisation du transport prend beaucoup de temps et est inefficace pour les deux parties. Ce nouveau partenariat signifie que les agriculteurs peuvent accéder à une solution de transport rentable, sécurisée et réglementée, à un prix compétitif, dans tout le pays. Cela impliquera également un moyen de transport du bétail plus écologique, les transporteurs pouvant planifier leurs trajets plus efficacement».

Le cabinet russe Ikar a encore abaissé ses estimations concernant la production de blé russe pour 2019. Alors qu’il y a encore quelques semaines Ikar prévoyait une production de 77,4 MT, elle a finalement été abaissé à 76,1 MT.

De son côté, le ministère américain est plus tranchant et annonce une production russe de 74,2 MT dont 34,5 MT consacrés directement à l’export. Cette soudaine baisse serait liée aux fortes vagues de chaleur dont a été victime le territoire russe.

Selon Terre-net « Cette baisse du potentiel de production de blé russe et de ses capacités à l’export est une bonne nouvelle pour les origines françaises, qui gagnent en compétitivité. »

En savoir plus
Source :  Terre-net
Illustration : Blé

En savoir plus
Source : Reuters
Illustration : Oignon

Le Bangladesh risque de subir une grave pénurie d’oignon.

Les oignons servent de base aux plats traditionnels dans toute l’Asie, tels que le biryani au Pakistan, le belacan en Malaisie ou encore le curry au poisson au Bangladesh.

Les prix des oignons au Bangladesh ont subitement doublé pour atteindre 50 taka (0,59$) le kilo à cause des dernières inondations. Les commerçants redoutent que les prix puissent encore augmenter pour l’Eid-ul-Adha, une importante fête religieuse où la demande de légumes augmente généralement.

« La tendance à la hausse due à la pénurie d’approvisionnement pourrait se poursuivre au cours des prochains mois« , a déclaré Hazi Shahid, un commerçant basé à Dhaka, ajoutant que le pays devrait alors augmenter ses importations d’oignons indiens pour stabiliser ses prix.

La hausse des prix est devenue un casse-tête pour le gouvernement du Premier ministre bangladais, Sheikh Hasina, qui souhaite dorénavant planifier des ventes d’oignons subventionnés par l’intermédiaire de la Trading Corporation of Bangladesh (TCB), une entreprise publique.

Des fermes flottantes pour favoriser le circuit court

L’idée de construire une ferme flottante a vu le jour après que Peter van Wingerden co-fondateur de la Floating Farm, ait vu l’ouragan Sandy toucher la ville de New York en 2012. À la suite de la tempête, il était alors très difficile de réapprovisionner les villes en produits frais.

Les fondateurs ont donc commencé à réfléchir à des solutions pour réduire le temps et l’énergie nécessaires pour livrer les zones urbaines. Leurs plates-formes flottantes peuvent fonctionner sur les villes côtières ou traversées par des rivières mais également aux bords des lacs. Les plateformes peuvent être facilement déplacées vers de nouveaux emplacements en cas de tempêtes.

Les vaches sont par exemple nourries avec l’herbe des terrains de football locaux ou de pelures de pommes de terre abandonnées par l’industrie de la  frite. Au total, l’alimentation des bovins proviendrait à 80% des déchets industriels de la ville. À l’heure actuelle, environ 23 points de vente à Rotterdam vendent du lait provenant de la Floating Farm.

Alors que les Pays-bas sont directement menacés par la montée des eaux et risquent de perdre de nombreuses terres, d’autres pays sont également intéressés par la technique pour appréhender la démographie urbaine. En France, un projet de 7000m² était prévu pour cette année, mais la start-up en charge n’a plus communiqué dessus depuis de nombreux temps…

En savoir plus
Source : Quartz
Illustration : The Floating Farm
Crédit : Goldsmith Company

Une vache cosmonaute ?! Envoyée à 36 000 mètres d’altitude à l’occasion des 50 ans de l’atterrissage sur la Lune d’Apollo 11, une peluche vêtue d’un tartan aux couleurs des Highlands fait la promotion de l’organisation  touristique nationale d’Ecosse.

En savoir plus 

 On se retrouve la semaine prochaine

pour une nouvelle récolte 😉 !

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *