Chargement

En avant la recherche !

Dégradation de l’image des agriculteurs aux yeux des Français (sondage)

Avatar

L’image des agriculteurs continue à se dégrader aux yeux des Français, un phénomène amorcé depuis 2013, selon un sondage réalisé avant l’ouverture du Salon de l’agriculture par l’Ifop, à paraître dans Dimanche-Ouest-France.

Alors que plus de deux Français sur trois considèrent toujours que les agriculteurs sont modernes (68%, stable), on observe une forte érosion de la confiance qu’ils leur accordent, tant en tant que consommateur que s’agissant de leur santé, note l’Ifop.

Ainsi, si la confiance des consommateurs reste majoritaire (67%), elle enregistre une baisse de 3 points depuis 2014 et de 13 points depuis 2003 et les Français ne sont plus que 52% à estimer que les agriculteurs sont respectueux de leur santé contre 59% en février 2014 et 76% en 2006.

Un peu plus d’une personne interrogée sur deux (52%) estime que les agriculteurs sont compétitifs (-12 points depuis 2012) mais une proportion similaire (47%) les juge « assistés » (+3 points depuis 2014).

Le respect de l’environnement constitue un autre point de crispation formulé par les Français à l’égard des agriculteurs. Seuls 44% considèrent que les exploitants agricoles sont respectueux de l’environnement, soit une baisse de 5 points depuis 2014 et de 12 points depuis 2012. Il faut remonter à l’été 2009 et à la crise laitière pour retrouver un niveau de critique aussi élevé, note l’Ifop.

29% des Français estiment que le qualificatif « Égoïste » s’applique plutôt bien aux agriculteurs, contre 71% plutôt mal. Cependant, cette perception négative gagne 3 points par rapport à l’an dernier, et 8 points par rapport à 2011.

Par ailleurs, « les événements qui ont émaillé la fin d’année, comme les violences commises dans le Finistère en septembre (incendie d’une perception) ou en novembre à Nantes ont semble-t-il affecté la perception des Français, qui sont désormais 20% à estimer que les agriculteurs sont +violents+ (+4 points depuis 2014) », selon l’institut.

Malgré tout, la part de Français disposés à payer leurs produits plus chers pour assurer un revenu correct aux agriculteurs est stable et majoritaire. 55% affirment être prêts à consentir cet effort, dont 39% pourraient payer leurs produits 5% plus chers.

Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 3 au 5 février auprès d’un échantillon de 1.003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.