Ce qu’il faut savoir sur la charrue

La charrue est une machine qui effectue un travail superficiel du sol en amont d’un semis. Elle permet de labourer, c’est-à-dire de retourner la terre arable et de préparer le sol à la culture suivante en l’aérant et en y incorporant les résidus culturaux précédents. Le labour permet également une série de contrôles : mauvaises herbes (en les enfouissant), décomposition de la matière organique, minéralisation, échauffement du sol etc.

Aujourd’hui on décline les charrues de multiples façons : bâti lourd, léger, charrues portées ou semi-portées, simples ou réversibles, charrues-déchaumeuses etc… Avant de labourer, il est très important de vérifier l’état de votre matériel, de vos pièces de charrue mais aussi de votre sol. Un sol trop humide n’est pas optimal pour le labour, de même qu’un sol sensible à l’érosion, où un travail léger sera à privilégier. Concernant votre matériel agricole, l’équilibrage et la pression de l’ensemble de vos pneus ainsi que le bon état de vos pièces de relevage et traction arrières sont les premiers facteurs de performance de votre labour. Selon les conditions de travail sur vos parcelles (sol plat, vallonné ou mixte), l’axe de votre troisième point sera broché différemment (sur trou fixe ou lumière).

Réglage d’une charrue

Pour régler votre charrue, il y a trois éléments à prendre en compte : la profondeur (roue-jauge de réglage arrière et hauteur de relevage avant), le talonnage (grâce à la bielle du troisième point) et enfin l’aplomb (la position perpendiculaire au sol de votre charrue grâce à la vis de réglage avant).

Veillez également à vérifier la largeur de coupe de votre premier corps pour un labour régulier et un dévers limité. De manière générale, vos fournisseurs vous guident et vous transmettent des préréglages types en fonction de la référence de votre charrue et de votre environnement de travail. Le labour est énergivore, aussi, il faut privilégier un régime tracteur adapté ; généralement entre 1300 et 1800 tours/min à une vitesse régulière (env. 7km/h). Suite au labour, on utilise généralement des herses ou encore des vibroculteurs, dans le but d’uniformiser le lit de semences et de casser les semelles de labour.


Laissez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *