Chargement

En avant la recherche !

Bien prévoir son fourrage

Avatar

Entre les extrêmes chauds et froids de l’année 2018, les fourrages disponibles se font rares. Ainsi, pour semer sa prairie, il est préférable de faire un mélange d’espèces et de variétés afin de faire face à plusieurs types de climat. Une plante se développera davantage si le climat est chaud par exemple. Le mélange peut être fait par l’agriculteur lui-même ou être prêt à l’emploi. Pour calculer soi-même des outils existent pour le calcul de mélanges ou pour choisir ses variétés avec des grilles d’aide.

Des sursemis peuvent être envisagés si une pâture subit les conséquences du climat. Pour en tirer les meilleurs résultats, le GNIS recommande de suivre ces conseils:

«

  • Intervenir sur une végétation rase
  • Ouvrir le sol avec un outil à disques ou à dents
  • Loger la graine dans le minéral (et non dans la matière organique de surface)
  • Semer à 1 cm de profondeur
  • Plomber le semis avec un rouleau ou le piétinement des animaux quelques jours après le semis
  • Surveiller la levée et faire pâturer si la repousse risque d’étouffer le jeune semis
  • Choisir des espèces rapides d’installation : ray-grass anglais et trèfle blanc pour le pâturage, ray-grass hybride pour la fauche ou le pâturage, avec éventuellement du trèfle violet 
  • Le sursemis avec d’autres espèces est aussi possible mais l’implantation est plus lente, il faudra surveiller davantage
  • Ne pas amener d’azote avant que les jeunes plantules ne soient pas bien développées
  • L’agrostis stolonifère est souvent préjudiciable aux jeunes plantules, mais cette année, elle a elle-même souffert de la sécheresse. »

(GNIS, 2018)

Pour choisir un fourrage en culture dérobé, il est important de prendre en compte le moment où il peut être exploité, le sol, le mode de destruction, la rotation envisagée … pour choisir la bonne espèce à semer.

L’agroforesterie ou plus simplement la plantation de haies, des espèces comme le sorgho ou encore les betteraves fourragères (robustes devant les sécheresses et la chaleur) sont des leviers permettant de « sécuriser » son fourrage.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *