L’azote, un élément capital pour allier quantité et qualité

Share

Parmi les éléments indispensables à la croissance d’une plante, on trouve l’azote, le phosphore, le carbone, l’hydrogène, l’oxygène…  En condition de carence, il est difficile pour la plante de se développer correctement.

L’azote est un élément capital dans le développement des plantes. Il sert à la synthèse de protéines, d’enzymes et de chlorophylle par exemple. Le manque d’azote se détecte sur certaines plantes par une pâleur du vert de la plante. Il s’agit d’un manque de chlorophylle. Or, la chlorophylle se faisant plus rare, la photosynthèse s’en retrouve ralentie.

Cet élément suit un cycle en passant de l’atmosphère, par le vivant puis par le sol et ainsi de suite. Les plantes peuvent absorber l’azote dans le sol par les racines. Pour cela, il faut que l’azote organique passe sous une forme de nitrate pour être assimilable par les cultures. Or, une transformation est nécessaire par les micro-organismes du sol. Une petite partie de l’azote organique est transformée à l’état nitrique. La quantité de micro-organismes et le climat vont influer sur ces transformations. Seules les légumineuses ont la capacité de pouvoir capter l’azote de l’air pour pouvoir le stocker grâce à une symbiose réalisée avec des micro-organismes. D’azote minéral, la plante va permettre de créer de l’azote organique.

L’azote est présent dans l’atmosphère à hauteur de 78%.

Comme les plantes, les espèces animales ont aussi besoin d’une source azotée. C’est pour cela que l’azote est transformé en acides aminés (chaîne de protéines) par la plante. Ainsi, en ingérant la plante, les animaux y trouvent une source d’azote assimilable.

Il faut donc noter que le taux de protéines est un paramètre de qualité important. D’un autre côté, il est nécessaire de répondre aux besoins en engrais azoté des plantes pour stimuler leur activité photosynthétique dans le but de produire de la biomasse et d’avoir de bons rendements. L’apport d’azote permet d’allier qualité et quantité.