Chargement

En avant la recherche !

A quand le retour des acheteurs d’orge fourragère ?

Avatar
Partagez

 

Avis Agritel

orge court terme – Neutre

Analyse Agritel

La Chine et l’Arabie Saoudite concentrent la majorité du débouché européen en orge fourragère mais voilà, la dynamique d’import de ces pays est particulièrement faible depuis le début de la campagne. Pour preuve, la Chine n’a importé que 580 000 t depuis le mois d’octobre, soit loin des 1.9 Mt de l’an passé à la même époque (Cf graphique). Il n’en fallait pas plus pour faire pression sur les prix physiques à Rouen, avec un repli de plus de 5 €/t sur les derniers jours de janvier. Cette baisse rend l’origine française ultra compétitive et pourrait inciter les acheteurs à revenir sur le devant de la scène dans les prochaines semaines. L’appétit chinois devrait croitre puisque dans le même temps, les importations de sorgho sont également en retrait, à 30 000 t contre 816 000 t l’an dernier à la même époque. Ce recul s’explique par les difficiles relations commerciales entre américains et chinois depuis plusieurs mois. L’Australie n’est pas reste et voit également des tensions naitre avec l’empire du Milieu. Pour cause, le ministère chinois du Commerce a décidé de lancer une enquête antidumping sur l’orge importée d’Australie. Ce dernier estime que l’industrie nationale a subi un préjudice, en raison d’orge australienne vendue sur le marché chinois à un prix inférieur à sa juste valeur. Dans ce contexte et en raison d’un prix plus favorable, les opérateurs chinois ont préféré consommer du maïs local plutôt que des produits importés.
Du côté de l’Arabie Saoudite, les besoins d’imports restent fixés entre 1.5 et 2 Mt d’ici la fin de campagne. Ainsi, les opérateurs s’attendent à un appel d’offres dans les toutes prochaines semaines.

Au niveau national enfin, la mise en œuvre chez les fabricants d’aliments du bétail est en baisse en raison d’un prix de l’orge élevé vis à vis des autres produits céréaliers depuis le début de la campagne. Cependant, l’écart de prix entre l’orge et le blé est désormais de -10 €/t, ce qui permettra certainement à l’orge de retrouver des intérêts acheteurs chez les fabricants d’aliments du bétail hexagonaux.

bilan
Agritel vous offre un bilan
de commercialisation

Rien de plus simple, contactez Arthur au

01 88 32 17 21

Vous êtes indisponible ? Indiquez-nous un moment plus opportun
afin de vous recontacter

rappelez moi plus tard

Arthur

consultant chez Agritel

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *